Toulouse@europeanhorizons.org

Revue de Presse du 09/09 au 15/09

Revue de Presse du 09/09 au 15/09

Institutions européennes : La nouvelle Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a présenté son équipe de commissaires.

CREDIT PHOTO : @REUTERS

La nomination des trois vice-présidents exécutifs souligne les trois priorités politiques de cette nouvelle Commission avec tout d’abord le néerlandais Frans Timmermans (S&D), vice-président exécutif du Green Deal. L’accent semble donc mis sur le dérèglement climatique, ce fut d’ailleurs la première annonce de la Présidente qui a déclaré :  


«  Je veux que le Green deal européen devienne le signe distinctif de l’Europe.  Il est au cœur de notre engagement à devenir le premier continent climatiquement neutre au monde…» 

Commission européenne, Base de données des communiqués de presse

La politique climatique de la Commission européenne est attendue au tournant en cette rentrée après un été surréaliste. Le mois de juillet 2019 a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde selon l’Agence océanique et atmosphérique américaine (Le Monde). Il a ainsi battu le record tenu brièvement par le mois de juin 2019. A cela, s’est ajouté un G7 marqué par les incendies en Amazonie et plus récemment par l’ouragan Dorian. Le deuxième vice-président exécutif s’avère être une vice-présidente. La Danoise Margrethe Vestager (Renew Europe) a hérité du portefeuille du numérique et est chargée d’adapter l’Union européenne à cette « ère du numérique ». Elle reste également à la concurrence où elle s’est faite connaître pour son combat contre l’évasion fiscale des géants du numérique au point d’être surnommée : « La Dame de fer des GAFAM » (Les numériques) ou encore « Tax Lady » par Donald Trump (Les Echos). A la troisième place, on retrouve le letton Valdis Dombrovskis (PPE) chargé des services financiers et de « concilier, au sein de notre économie, la dimension sociale et le marché » comme le rapporte le Parisien

Enfin, on peut noter que pour la première fois de son histoire, la Commission européenne est paritaire. On compte 13 femmes dont la présidente et une vice-présidente exécutive et quatorze hommes, du jamais vu auparavant. Parmi ces femmes commissaires, la Française Sylvie Goulard hérite d’un portefeuille non négligeable à savoir le Marché intérieur et Industrie de la défense. Pour rappel, le jour de sa nomination elle a été entendue par la police dans l’affaire des emplois fictifs du MoDem au Parlement européen (FranceInfo). En plus de cette affaire, la nouvelle Commission fait déjà polémique suite à l’appellation douteuse du portefeuille « Protection de notre mode de vie européen » anciennement intitulé « Migration, Affaires intérieures et citoyenneté ». Une rhétorique populiste qui fait débat comme l’a souligné Le Monde. Chaque commissaire doit maintenant être auditionné devant le Parlement européen à la fin du mois de septembre avant de pouvoir officiellement entrer en fonction le 1er novembre 2019.   


Présentation des commissaires européens : Frans Timmermans au climat

C’est au hollandais Frans Timmermans (groupe S&D, actuellement premier vice-président de la Commission Européenne) que la nouvelle présidente de Ursula von der Leyen a confié la tâche de porter l’Union Européenne vers la neutralité carbone d’ici 2050. Officiellement vice-président exécutif du Green Deal européen et commissaire européen chargé du climat, Timmermans (presenté mercredi 10 septembre) aura -entre autres- la charge de proposer un pacte vert pour l’Europe dans les 100 premiers jours du mandat Von der Leyen (fin février, ainsi que la « toute première loi européenne sur le climat » qui ferait donc de l’impératif écologique une obligation légale. 

Cette neutralité carbone nécessite néanmoins l’unanimité des États membres pour être réalisée, ce qui paraît fort complexe au vu des oppositions Tchèques, Polonaises, Hongroises et Estoniennes. Le fond de transition énergétique pourrait faciliter les transitions énergétiques et donc résoudre ces oppositions d’États encore dépendants au charbon. Une taxe carbone a aussi été proposée et semble faire de plus en plus consensus en Europe, puisque même le principal lobby patronal (businesseurope) européen se met à considérer l’idée. 

Si l’initiative suscite de l’optimisme chez certains, à l’image de l’économiste Simone Tagliapietra qui signe une tribune dans le monde pour ce green deal qui représente « une occasion sans précédent pour l’Europe de passer d’une politique fragmentée sur le terrain (…) à un cadre politique véritablement global et cohérent », c’est maintenant au Parlement d’auditionner les nouveaux commissaires dans les prochaines semaines. 


Brexit : Le bras de fer entre Downing Street et Westminster se poursuit

CREDIT PHOTO : @GUARDIAN (25/07/2019)

Le feuilleton du Brexit s’est mué ces derniers jours en véritable chemin de croix pour l’exécutif britannique. Après avoir été repoussé au 31 octobre, le Brexit continue de faire couler de l’encre et des larmes, tant et si bien qu’ à un mois et demi de la date fatidique tous les scenarios restent ouverts. Premier Ministre depuis le 24 juillet dernier, Boris Johnson a montré une volonté de ne pas céder un pouce de terrain au Parlement sur les modalités de sortie. Pour lui, un no deal vaut mieux que de rester dans l’UE. Mais coup de tonnerre au Parlement le 9 septembre dernier, l’ancien maire de Londres perd sa courte majorité en pleine séance et prend la décision de suspendre jusqu’au 14 octobre les travaux de Westminster.

Le même jour, la reine Elisabeth II a fait promulguer la loi « anti no deal », votée dans les deux chambres du Parlement une semaine plus tôt. Dans ce contexte, la fermeture du Parlement semble n’avoir qu’un effet très limité et contribue à faire durer la crise. Pourtant, malgré la perte d’une majorité au Parlement, le veto royal sur une sortie sans accord et la grande charge symbolique d’une suspension du Parlement, Boris Johnson parle « d’énormes progrès vers un accord » (Le Monde). Le salut du Royaume-Uni viendrait-il du Vieux Continent et singulièrement de Bruxelles ? L’Histoire pouvant souvent se montrer ironique, c’est une affaire à suivre.