Toulouse@europeanhorizons.org

Revue de presse du 16 au 22 décembre 2019

Revue de presse du 16 au 22 décembre 2019

Donald Trump signe les sanctions contre la construction du gazoduc Nord Stream 2

Crédit photo: @farsnews.com

En vue d’empêcher une trop forte dépendance des pays européens vis-à-vis du gaz russe, les Etats-Unis imposent des sanctions contre les entreprises liées à la construction du gazoduc reliant la Russie et l’Allemagne.

Le 21 décembre, le Président américain Donald Trump a signé la loi comportant le gel des avoirs ainsi que la révocation des visas américains pour les entrepreneurs impliqués dans la construction du gazoduc Nord Stream 2, censé permettre de doubler les flux de gaz naturel russe vers l’Europe occidentale.

Le vice-chancelier allemand, Olaf Scholz, a dénoncé cet acte comme une « lourde ingérence dans les affaires internes de l’Allemagne et de l’Europe ». Toutefois, son Gouvernement a annoncé de ne pas vouloir recourir à des contre-mesures. (Sueddeutsche Zeitung, New York Times)

Le Kremlin a annoncé que la construction du Nord Stream 2 sera achevée malgré les sanctions américaines. La porte-parole de la diplomatie russe dénonce les sanctions, qui empêcheraient le développement économique des pays concernés : « Un État avec une dette publique de 22 000 milliards de dollars interdit à des pays solvables de développer leur économie réelle ». (Le Monde)

Cependant, les sanctions américaines montrent déjà leurs effets : la société suisse Allseas, chargée de construire la partie offshore du gazoduc, a annoncé la suspension de ses travaux. (Sueddeutsche Zeitung)


English translation :

Donald Trump signs bill containing sanctions against the construction of the Nord Stream 2 pipeline

Crédit photo: @farsnews.com

In order to prevent a larger European dependence on Russian natural gas, the United States are imposing sanctions against companies involved in the construction of the pipeline between Russia and Germany.

On December 21st, the President of the United States Donald Trump has signed a bill containing sanctions against the companies involved in the construction of the Nord Stream 2 pipeline, which is expected to double direct Russian natural gas deliveries to Western Europe.

German vice-chancellor Olaf Scholz has criticized the act as a “heavy interference with German and European domestic affairs”.  Meanwhile, his government announced it would not retaliate. (Sueddeutsche Zeitung, New York Times)

According to the US Ambassador to Germany, Richard Grenell, the sanctions against Nord Stream 2 were adopted in the interests of Europe. He pointed out that “15 European countries, the European Commission and the European Parliament all expressed their concerns about the project”. He added that the goal of diversifying Europe’s energy sources and of ensuring that not one country or source can build up too much influence on Europe through energy was a “longstanding US policy that goes back to the Obama administration”.

Meanwhile, the Kremlin has announced it will be working on finishing the pipeline despite the American sanctions. The spokesperson of the Russian ministry of foreign affairs condemned the decision: “A state with 22 billion dollars in public debt is prohibiting solvent countries from developing their economy.” (Le Monde)

The US-sanctions are already having an impact: on Friday, the Swiss company Allseas, in charge of the offshore pipe-laying, announced to suspend its activities. (Sueddeutsche Zeitung)


La Cour de Justice européenne donne la possibilité à Carles Puigdemont de siéger au Parlement européen


Crédit photo : Francesco Seco – Associated Press

Une décision rendue par les juges européens donne espoir à l’ex président catalan de siéger au Parlement européen sans être inquiété par le mandat d’arrêt européen à son encontre, pour “sédition” contre le gouvernement espagnol. 

Le jeudi 19 décembre 2019, la Cour de Justice européenne (CJUE) a rendue un arrêt reconnaissant l’immunité parlementaire de Oriol Junqueras, président du parti de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) (El Pais). 

M. Junqueras avait été empêché de siéger à Strasbourg par la justice espagnole après avoir été élu en mai dernier. La CJUE reconnaît qu’un eurodéputé jouit de son immunité parlementaire dès la proclamation des résultats, le 14 juin 2019 (Le Monde). Le président du Parlement européen, David Sassoli, a appelé à ce que la justice espagnole respecte l’arrêt de la Cour et de laisser les élus catalans à se rendre à Madrid pour prêter serment, ce qu’ils n’ont pas pu faire jusqu’à aujourd’hui par crainte de se faire arrêter. (Le Monde)

Les élus Puigdemont et Comin ont donc fièrement affiché leurs badges d’eurodéputés dès le lendemain, qui a déclaré : “C’est un jour de joie pas uniquement pour nous, mais pour tous les gens qui croient à une Europe fondée sur la volonté des citoyens.” (Huffington Post)

La Cour Suprême espagnole a réagi ce lundi 22 décembre, en demandant au Parlement européen de lever l’immunité de l’ex président catalan “dans les plus brefs délais”. Le juge a également demandé à ce que les mesures préventives à l’encontre de Puigdemont, exilé en Belgique, soient maintenues.  (El Pais)


English translation:

European Court of Justice gives Carles Puigdemont the opportunity to sit in the European Parliament

Crédit: Francesco Seco – Associated Press

A decision by European judges gives the former Catalan president hope that he can sit in the European Parliament without being concerned about the European arrest warrant against him for « sedition » against the Spanish government. 

On Thursday 19 December 2019, the European Court of Justice (ECJ) handed down a ruling recognising the parliamentary immunity of Oriol Junqueras, President of the Party of the Republican Left of Catalonia (ERC) (El Pais). 

Mr Junqueras had been prevented from sitting in Strasbourg by the Spanish judiciary after being elected last May. The EUJEC recognises that an MEP enjoys parliamentary immunity as soon as the results are announced on 14 June 2019 (Le Monde). The President of the European Parliament, David Sassoli, called on the Spanish judiciary to respect the Court’s ruling and to allow the Catalan elected representatives to travel to Madrid to take the oath of office, which they have not been able to do until today out of fear of being arrested. (Le Monde)

Elected representatives Puigdemont and Comin proudly displayed their MEP badges the very next day, saying: « This is a day of joy not only for us, but for all those who believe in a Europe based on the will of its citizens ».  (Huffington Post)

The Spanish Supreme Court reacted on Monday 22 December by asking the European Parliament to waive the immunity of the former Catalan President « as soon as possible ». The judge also asked that the preventive measures against Puigdemont, who is in exile in Belgium, be maintained.  (El Pais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *