Toulouse@europeanhorizons.org

Revue de presse du 2 au 8 mars 2020

Revue de presse du 2 au 8 mars 2020

La direction générale de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) remportée par le singapourien M. Daren Tang

Photo credit : OpenGov Asia

À Genève, le Comité de coordination de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) a désigné, le 4 mars dernier, M. Daren Tang au poste de Directeur général. Les pays membres de l’institution se réuniront en Assemblée générale extraordinaire les 7 et 8 mai 2020 afin de confirmer cette nomination (wipo).

Beaucoup y voient l’une des élections les plus mouvementées qu’ait pu connaître le monde onusien ces dernières années. Symbole de la rivalité entre Pékin et Washington (LeTemps).

Les États-Unis voulaient empêcher l’élection de Mme Wang (Chine) parmi les 6 candidats encore en lice, attisant la colère de Pékin qui avait accusé Washington de vouloir « salir » le pays (swissinfo/fre).

Une lutte menée afin d’éviter que la Chine ne contrôle 5 des 15 plus influentes agences onusiennes : l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et l’Union internationale des télécommunications et du développement industriel (UIT) (swissinfo/eng).

Une offensive mise à bien en appelant les autres membres de l’Organisation à faire désigner le Singapourien, qui l’a emporté après deux tours de scrutin à la majorité des voix des 83 États membres. Obtenant 55 suffrages, contre 28 pour Wang Binying. 

Interrogé à ce propos, Andrew Bremberg, ambassadeur des États-Unis auprès des nations unies affirmait que : « Nous sommes très heureux du résultat de l’élection ». Celle-ci étant perçue comme un nouveau succès diplomatique par le président américain Donald Trump.

L’ambassadeur français François Rivasseau a quant à lui salué un « résultat clair » bénéfique pour « le multilatéralisme et pour l’OMPI » (laliberte).

M. Tang, actuel directeur de l’Office de la propriété intellectuelle de Singapour, assure vouloir rassembler et rapprocher l’organisation des populations et acteurs économiques comme les PME.

Si sa nomination est validée, il pilotera l’institution pour six années et remplacera l’Australien Francis Gurry, achevant son deuxième mandat le 30 septembre 2020. Daren Tang deviendra ainsi le premier Singapourien à diriger une organisation de l’ONU (swissinfo).

Rémi HUCHET


English translation:

Daren Tang of Singapore has been chosen to lead the World Intellectual Property Organization (WIPO)

Photo credit : OpenGov Asia

The Coordination Committee of the World Intellectual Property Organization (WIPO) has nominated M. Daren Tang for the post of Director General. The extraordinary General Assembly will meet on May 7-8, 2020, to confirm this nomination (wipo).

Many see it as one of the most eventful elections the UN world has seen in recent years, a symbol of the rivalry between Beijing and Washington (LeTemps).

The United States wanted to prevent the election of Ms. Wang (China) as one of the six remaining candidates, fanning the flames of anger in Beijing, which had accused Washington of waging a campaign to « smear » the country (swissinfo/fre).

A struggle led by the US to prevent China from controlling 5 of the 15 most influential UN agencies: the Food and Agriculture Organization (FAO), the International Civil Aviation Organization (ICAO)the Industrial Development Organization and the International Telecommunications Union (ITU) (swissinfo/eng).

An offensive was carried out by calling on the other members of the Organization to nominate the Singaporean, who won after two rounds of voting by a majority of the 83 Member States. Getting 55 votes, against 28 for Wang Binying.

Asked about the election, Andrew Bremberg, U.S. ambassador to the United Nations, said, « We are very pleased with the outcome of the election ». The election was seen as another diplomatic success by U.S. President Donald Trump.

French Ambassador François Rivasseau welcomed a « clear result » beneficial to « multilateralism and WIPO » (laliberte).

Mr. Tang, currently Director of the Intellectual Property Office of Singapore, said he wanted to bring the organization closer to the people and economic actors such as SMEs.
If his appointment is approved, he will head the institution for six years, replacing Francis Gurry of Australia, who will complete his second term on September 30, 2020. Daren Tang will thus become the first Singaporean to head a UN organization (swissinfo).

Rémi HUCHET


La Commission européenne dévoile son projet de neutralité carbone à l’horizon 2050

@CREDIT PHOTO : Reuters, Yves Herman

Suite du feuilleton du “green deal européen”, 100 jours après sa prise de la présidence de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé l’objectif pour l’UE d’atteindre la neutralité carbone, c’est à dire d’égaliser ses émissions et captations de C02, d’ici 2050. La “loi climat”, ainsi annoncée, prévoit de faire office de “compas” des politiques de l’Union pour les 30 prochaines années. Bien que l’annonce fut félicitée par certains en ce que l’Union européenne serait la première organisation “continentale” à se munir d’un tel objectif environnemental, la présence de Greta Thunberg, ce mercredi 4 mars, à la réunion des commissaires européens, permis la médiatisation de voix dissidentes et insatisfaites par le projet proposé (Ouest-France).

En effet, il est en première instance critiqué l’objectif initial d’une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre, qui rend alors “peu probable” le respect de l’accord de Paris, et réduit en dessous de 50% la possibilité d’atteindre l’objectif d’une augmentation de températures globales à 1.5°C. Une lettre destinée à la présidente de la Commission demandant de réviser à la hausse cet objectif a été écrite par 12 Etats membres, ce à quoi, Ursula von der Leyen répondit positivement en prévoyant une reconsidération autour d’un objectif de réduction entre 50% et 55% (Courrier international). 

Cette “loi climat” est ainsi toujours dans les tuyaux de l’Union, il y sera ainsi ajouté une consultation citoyenne d’une durée de 12 semaines. Elle est de plus saluée par certains car elle a pour vocation à être adoptée par une procédure de codécision, et non à l’unanimité au sein du Conseil européen. Le Parlement européen a alors demandé à ce que les études d’impact de la Commission et réévaluations soient rendues publiques d’ici juin 2020 afin de pouvoir proposer une position commune des Etats membres de l’Union au sien du Sommet UE-Chine de septembre, et de la COP 26, organisée à Glasgow en Novembre (Ouest-France). 

En plus d’une position commune il reste pour les institutions européennes à définir un budget pour permettre à cet objectif de se réaliser. Rappelons qu’il ne s’appuie pour l’instant que sur un “fond de transition juste” destiné à être dirigé aux pays membres ayant l’empreinte carbone la plus importante d’un montant de 7.5 milliards d’euros (Toute L’europe).  

Philémon AUROUET


English translation:

The European Commission unveils its plan to become carbon neutral by 2050

@CREDIT PHOTO : Reuters, Yves Herman

Continuing the process of the « European green deal », 100 days after taking over the presidency of the European Commission, Ursula von der Leyen announced the EU’s objective of achieving carbon neutrality, i.e. to equalise its CO2 emissions and capture by 2050. The « climate law » thus announced is intended to act as a « compass » for the Union’s policies for the next 30 years. Although the announcement was praised by some as the first « continental » organisation to have such an environmental objective, the presence of Greta Thunberg at the meeting of European Commissioners on Wednesday 4 March allowed for the media coverage of dissident voices dissatisfied with the proposed project (Ouest-France).

Indeed, the initial objective of a 40% reduction in greenhouse gas emissions is criticised, which makes it « unlikely » that the Paris agreement will be respected and reduces the possibility of reaching the objective of a 1.5°C increase in global temperatures to below 50%. A letter to the President of the Commission asking for this target to be revised upwards was written by 12 Member States, to which Ursula von der Leyen replied positively by envisaging a reconsideration of a reduction target of between 50% and 55% (Courrier international). 

This « climate law » is thus still in the Union’s pipes, then a 12-week citizens’ consultation will be added to it. It is also welcomed by some people because it is intended to be adopted by a co-decision procedure, and not unanimously within the European Council. The European Parliament then called for the Commission’s impact studies and re-assessments to be made public by June 2020 in order to be able to propose a common position of the EU Member States at the EU-China Summit in September and at the COP 26 in Glasgow in November (Ouest-France). 
In addition to a common position, the European institutions still need to define a budget to enable this objective to be achieved. It should be recalled that for the time being it is only based on a « fair Transition Fund » to be directed to the member countries with the largest carbon footprint, amounting to 7.5 billion euros (Toute L’europe).

Philémon AUROUET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *